Verrues génitales, condylomes acuminés

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Les condylomes acuminés font partie des verrues génitales les plus fréquentes, transmises lors de rapports sexuels

Il s’agit par conséquent d’une infection sexuellement transmissible (IST)

Ils sont causés par certaines souches de papilloma virus de la famille de ceux qui provoquent le cancer du col de l’utérus chez les femmes. Les condylomes  ne dégénèrent toutefois pas en cancer.

Comment se propagent les condylomes ?

Les condylomes se propagent par contacts sexuels, non seulement lors de rapports mais également par simple contact de la peau. Chez les personnes séropositives (HIV) les condylomes se développent beaucoup plus rapidement et apparaissent parfois même dans la bouche, en cas de rapports sexuels oraux, ce qui est exceptionnel chez les autres personnes.

Le risque de contamination est élevé puisqu’on estime qu’il est de 60 à 70% lors d’un rapport sexuel avec une personne infectée.

Plusieurs semaines, voire mois après le contact, les condylomes apparaissent comme de petites excroissances sur les organes génitaux  proprement dits, l’anus ou sur la peau environnante. Chez les femmes ils peuvent se développer à l’intérieur  du vagin ou sur le col de l’utérus et dès lors être invisibles pour la personne.

Au début les condylomes apparaissent comme de très petites verrues de couleur rosâtre, blanchâtre voire grise. Puis ils croissent et prennent l’aspect de « crêtes de coq », nom qui leur est parfois attribué.

Parfois ils sont isolés, d’autres fois ils se rassemblent en grappes bourgeonnantes.

Ils peuvent provoquer des démangeaisons et une gêne lors des rapports sexuels.

Traitements contre les verrues génitales 

Il existe plusieurs possibilités de traitement des condylomes. Cela va des pommades au laser en passant par la chirurgie et la cryothérapie (application de froid intense).

Ces verrues récidivent facilement (30% environ) aussi il est nécessaire de faire des contrôles chez un médecin les mois qui suivent le traitement. Le partenaire sexuel doit également faire l’objet de contrôles.