Programme alimentaire pour sportif vegane-végétalien

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Etre sportif et être végétalien ou vegan, serait-il incompatible ?

Depuis toujours, on sait que les athlètes doivent en général suivre un parcours alimentaire équilibré, varié et sain apportant tous les besoins que le corps exige durant l’effort sportif. Notre analyse sur le sujet va démontrer qu’il est tout à fait possible être vegan ou végétalien et pratiquer tous types de sport tel que la musculation, la course à pied… sans forcément subir de carences significatives d’ordre alimentaire.

Tout d’abord, un petit rappel sur les définitions de l’alimentation vegan et végétalienne :

  • Le veganisme ne se réduit pas à une alimentation spécifique : il est avant tout un mode de vie. Le véganisme est une façon de vivre et un mode de consommation qui exclut l’exploitation, la souffrance et la cruauté envers les animaux, que ce soit pour se nourrir, se vêtir,… La philosophie du vegan est celle de vivre sans faire souffrir les animaux. Par conséquent, ce régime bannit tout produit qui porte atteinte aux animaux dans son alimentation. En bref, le concept du véganisme est le refus de l’exploitation animale : viande, œuf, lait, miel… les loisirs liés aux animaux (cirques, corrida, pêches…), les vêtements (cuir, soie, laine, fourrure…) et même les expérimentations (cosmétiques, produits d’entretien…) sont rejetés.

  • Le végétalisme est aussi appelé "végétarisme strict". A la différence du végétarisme, le végétalisme est un régime alimentaire qui ne comporte que des aliments issus du monde végétal. Les végétaliens rejettent donc les viandes, les poissons, les fruits de mer mais aussi les produits laitiers, les œufs et d’autres produits d’origine animale comme le miel, le beurre. Les seuls aliments autorisés sont les fruits et légumes, les légumineuses (pois, fèves, flageolets, haricots rouges…), le soja, les céréales (riz, millet, maïs, blé…), les oléagineux (noix, noisettes…), les graines et les produits qui en sont issus (laits et huiles végétales notamment). Etant donné l’exclusion des produits animaux, le régime végétalien peut engendrer des carences en protéines, en acides aminés essentiels, en vitamine B12, en fer et en acides gras Omega 3. En interdisant la consommation de produits laitiers, il peut expose à des déficits en calcium et en vitamine D. Afin d’éviter ce genre de préoccupations, on peut opter pour des compléments alimentaires 100 % naturels qui savent combler les éventuelles carences, ainsi sur le site glucosamine.com par exemple vous découvrirez une large gamme répondant à tous les besoins de chacun.

En revanche, cette diète permet une alimentation moins riche en acides gras saturés (mauvaises graisses habituellement apportées par les viandes, charcuteries, fromages, beurre…) que l’alimentation classique. Il peut à ce titre contribuer à limiter le surpoids, l’hypercholestérolémie, le diabète, l’hypertension et le risque de maladie cardio-vasculaire. Autre point fort du végétalisme : la forte consommation de fibres qui assure la satiété et contribue à réguler le transit intestinal.

Pour les grands sportifs, il est préférable de respecter certaines règles et on recommande d’apporter une aide à l’équilibre via les fruits secs, le soja et ses dérivés (jus, tofu, miso, tempeh…), les fruits protéoléagineux (noix, noisette, amande, pistache, sésame…), les graines germées (légumineuses, oléagineuses, céréales…), le germe de blé ainsi que les levures alimentaires. Ces aliments en quantité suffisante permettent de « niveler » grâce à une forte densité micro-nutritionnelle, les éventuelles déficiences.

De ce fait, on n’a pas besoin de consommer de viande pour obtenir des protéines et pouvoir s’entraîner efficacement, faire de la musculation, pratiquer un sport d’endurance et être performant. L’élimination de la viande et des sous-produits animaux représente même un atout puisqu’on évite l’assimilation de leurs mauvaises substances, soit le cholestérol, les graisses, purines, toxines et autres déchets similaires qui finissent par encrasser les artères et l’organisme. Les effets bénéfiques tels que la vitalité, l’énergie, l’endurance sont reconnus.