Le glutamate mauvais pour la santé ?

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Qu’est-ce que le glutamate ?

Le glutamate  est une protéine qui se trouve naturellement dans le corps humain. Il est indispensable pour le bon fonctionnement de l’organisme, notamment pour les intestins, la digestion et le système nerveux.

Il se trouve à l’état naturel dans les aliments protéinés, végétaux et animaux. On en consomme tous les jours naturellement.

Avons-nous besoin de suppléments de glutamate de sodium ?

La réponse est non. Depuis bien des années l’industrie alimentaire nous le fait avaler sous forme de supplément par le biais de quantités de produits.

L’adjonction de glutamate dans tous les produits commercialisés est inutile puisqu’il y en a suffisamment dans les aliments naturels. Notre apport quotidien est largement suffisant sans ajouts.  On en trouve en quantité dans les asperges, les tomates, le lait, le fromage et en particulier le parmesan et bien d’autres aliments naturels.

Le glutamate, un bon plan pour l’industrie ?

Le glutamate de sodium (GMS) est fabriqué industriellement. L’industrie alimentaire s’en sert comme exhausteur de goût dans tous les plats cuisinés, les bouillons, les sauces, les soupes, etc. Cela permet, d’utiliser des produits de qualité inférieure et d’en faire des aliments qui semblent savoureux. Et c’est aussi un bon moyen de fidéliser le consommateur, car cet adjuvant donne un goût de « reviens-y » aux aliments. On connaît cela avec les chips, les bonbons et bien d’autres aliments consommés, parfois, sans modération.

Avons-nous besoin que l’industrie alimentaire s’en mêle ?

Là aussi la réponse est non. Il vaut mieux se passer des produits pré-cuisinés car ils en contiennent tous du glutamate. Et pour les autres produits alimentaires il faut s’intéresser aux additifs inscrits sur les emballages. Ils sont toujours marqués avec la lettre E, suivie d’un chiffre. Le glutamate peut être mentionné sous  la lettre E suivie de chiffres qui vont de 621 à 625. Les chiffres qui suivent la lettre E se rapportent à l’élément auquel le glutamate est associé chimiquement : sodium, calcium, ammoniac ou encore magnésium. Parfois il est mentionné non pas sous la lettre E mais sous le nom chimique découlant de cette association. Si l’on n’est pas chimiste, il est très difficile de savoir que ces noms désignent une forme de glutamate.

Le glutamate de sodium, un danger pour la santé ? 

Tous les aliments peuvent provoquer des allergies. Certains aliments sont même reconnus comme très allergisant (le céleri par exemple). Le glutamate l’est très peu puisqu’il ne concerne que 2 % de la population. Les symptômes se manifestent principalement par des maux de tête, des démangeaisons, voire des nausées.

Le glutamate est le composant qui a fait l’objet du plus grand nombre d’études. En fonction de ces études, les scientifiques du monde entier ont conclu qu’il ne présentait aucun danger sur la santé, ni pour les adultes, ni pour les enfants ou les femmes enceintes ou allaitantes.  

Le glutamate source de tous les maux ?

Les Professeurs Emmanuel Hermans et Pr Nicolas Vanhoutte du Groupe de Neuropharmacologie, Institute of Neurosciences, de l’Université Catholique de Louvain, ont étudié un possible lien de causalité entre le glutamate et les tumeurs cérébrales. Ils ont démontré que ce sont les tumeurs qui perturbent l’action du glutamate dans le cerveau et non pas le glutamate qui produit les tumeurs.

De la même manière, on peut lire dans un article de l’Insern que la maladie d’Alzeihmer n’est pas causée par  le glutamate. En revanche, cette maladie perturbe le métabolisme du glutamate.

La consommation de MSG a augmenté de manière spectaculaire dans le monde entier et beaucoup de scientifiques admettent que la grande consommation de glutamate est devenue un problème par rapport à l’épidémie de surpoids. En effet étant donné qu’il augmente le goût des aliments, il pousse à manger davantage.

En revanche, cela peut être utile chez les personnes très âgées, n’ayant plus beaucoup d’appétit. Dans ce cas, le glutamate les incite à mieux se nourrir.

Quelles conclusions en tirer ?

On voit que rien ne nous empêche d’utiliser de temps à autre le glutamate comme exhausteur de goût ou de manger des plats asiatiques qui en contiennent en quantité. Quant au syndrome du restaurant chinois… Suite à de nombreuses déclarations de réactions de type allergique après un repas dans un resto Chinois, l’étude de la CDC (Centre for disease control)  aux USA, a démontré que seules 1,8 % des plaintes pouvaient être reliées au glutamate.  

Pour préserver notre santé, il vaut mieux ne pas consommer trop de produits contenant du glutamate de sodium. Ce supplément alimentaire est, d’une part inutile et d’autre part, il incite à manger plus et donc à prendre du poids.

Ainsi il est sage d’opter pour une alimentation saine et naturelle, dépourvue, le plus possible, d’additifs alimentaires quels qu’ils soient.

Références :