L’homéopathie pour soigner quoi et comment ?

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

L’homéopathie existe depuis fort longtemps et peut apporter une alternative intéressante à la médecine traditionnelle

Souhaiteriez-vous en savoir plus sur l’homéopathie, par exemple :

  • Comment est-elle née ?
  • Comment fonctionne-t-elle ?
  • A qui s’adresse-t-elle ?
  • Que soigne-t-elle ?

Son histoire

C’est le médecin allemand Samuel Hahnemann (1755-1843) qui a publié les résultats de ses premiers essais sur l’homéopathie. Bien accueillies, ses recherches vont aboutir à la fabrication des premiers médicaments homéopathiques. Cette médecine complémentaire se répandra rapidement en Europe du Nord et en Amérique avec un succès certain. Puis elle connaîtra un déclin à l’arrivée de remèdes tels que les antibiotiques, pour revenir plus tard en force.

Son fonctionnement

La démarche de l’homéopathie est fondamentalement différente de celle de la médecine traditionnelle. Elle est sans contre-indications et sans effets secondaires. On peut dire, de manière simplifiée que les médicaments traditionnels agissent le plus souvent sur les symptômes alors que les médicaments homéopathiques corrigent le fonctionnement défaillant des organes malades.

Dans cette idée le malade reçoit une dilution infime d’un produit (le plus souvent sous forme de granulés) qui provoque les mêmes symptômes que la maladie. L’organisme va alors réagir et se défendre naturellement contre la cause de la maladie. Il peut le faire car les doses sont précisément infimes. C’est la raison pour laquelle on dit que l’homéopathie soigne le mal par le mal.

Il est intéressant de constater que l’idée selon laquelle le corps apprend à se défendre contre une agression externe a déjà été expérimentée à la Renaissance. A l’époque il s’agissait d’apprendre au corps à se défendre contre les poisons. Pour se faire on prenait des poisons à des doses infimes que l’on augmentait peu à peu en pensant qu’ainsi l’organisme pourrait s’y habituer.

En homéopathie, le principe actif est dilué à des doses de plus en plus petites jusqu’à la dilution voulue exprimée en CH. Quand un médicament est noté 9 CH, cela signifie que le produit a été dilué 100 fois à 9 reprises. Plus le chiffre est élevé, plus le principe actif est dilué. On parle de basse dilution (entre 4 et 5 CH), de moyenne dilution (entre 6 et 9 CH et de haute dilution (de 15 à 30 CH). De manière générale les basses dilutions sont utilisées pour des pathologies aigues pour lesquelles on veut que le corps réagisse rapidement. Quant aux dilutions plus élevées elles sont utilisées pour des problèmes plus chroniques dans le cadre d’un traitement de fond.

Certains scientifiques ont critiqué la méthode en démontrant qu’en cas de dilution extrême, certains échantillons médicamenteux ne pouvaient plus contenir de substance active.

A qui s’adresse l’homéopathie et que soigne-t-elle ?

L’homéopathie convient à tous et même aux enfants. Toutefois elle ne remplace pas la médecine traditionnelle et encore moins la chirurgie. Elle ne guérit pas tout mais est souvent considérée comme un bon complément à un traitement traditionnel. Souvent elle permet de diminuer les doses de médicaments ou de raccourcir les traitements conventionnels. Elle est très populaire pour soigner les petits maux, les douleurs récurrentes et certaines pathologies chroniques infectieuses ou allergiques. Elle a sa place dans la pharmacie familiale. Ce qui est intéressant avec l’homéopathie c’est qu’il n’y a pas d’effets secondaires comme avec les médicaments classiques. Elle est parfois une bonne alternative lorsque rien ne réussit.

Recommandation

Lorsque l’on souhaite recourir à l’homéopathie pour traiter certaines maladies, il est recommandé de s’adresser à un médecin homéopathe qui saura la prescrire à bon escient. Elle n’est pas une médecine miracle et a des effets limités sur un certain nombre de maux.