Cancers des testicules

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Les cancers des testicules sont des tumeurs rares puisqu'elles ne représentent que le 2% de tous les cancers de l'homme

En revanche c'est la tumeur la plus fréquente de l'homme jeune. Il y a des âges auxquels ces tumeurs apparaissent le plus souvent : entre 20 et 40 ans avec un pics entre 0 et 10 ans et un autre après 60 ans.

Les tumeurs des testicules sont divisées en 2 groupes

  • les tumeurs germinales, celles qui dérivent des cellules reproductrices (le 90 à 95% des cas)
  • les tumeurs non germinales

Nous traiterons ici des tumeurs germinales, puisque de loin les plus fréquentes et parmi celles-ci, les séminomes et les tératomes. Les séminomes constituant plus de 90% des tumeurs germinales, les 10% restant revenant aux tératomes.

Causes du cancer des testicules

On ne connaît pas les raisons exactes qui provoquent le développement de ces tumeurs. On a toutefois noté une corrélation avec :

Des antécédents de cryptorchidie, c'est-à-dire d'un testicule non descendu dans les bourses, même si la cryptorchidie a été traitée et le testicule descendu dans l'enfance.

  • Chez les personnes de race blanche et en particulier chez les scandinaves
  • Chez les personnes vivant en zone rurale
  • Chez les célibataires

Symptômes  du cancer des testicules

Masse dans les bourses, douloureuse ou non

Déformation d'un testicule sous forme d'une masse qui lui est accolée

Membre inférieur tuméfié (dû à la compression d'une veine de la jambe dans le bas ventre par une métastase)

Hydrocèle (gros testicule en raison de la présence de liquide entre l'enveloppe du testicule et le testicule proprement dit) ! l'Hydrocèle existe même sans tumeur sous-jacente.

Parfois se sont les métastases qui se manifestent en premier. La tumeur se dissémine (donne des métastases) le long vaisseaux lymphatiques se trouvant accolés à la conne vertébrale, sur sa face antérieure, ou par voie sanguine vers les poumons, les os ou le cerveau.

Diagnostic différentiel :

Il ne faut pas confondre les tumeurs testiculaires avec l'hydrocèle, le varicocèle (varices de veines situées à l'intérieur des bourses) une hernie inguinale descendue dans les bourses voire une orchite (infection d'un testicule).

Diagnostic  du cancer des testicules

Tests sanguins 

A part l'examen clinique qui fait suspecter le diagnostic à un médecin expérimenté, il existe des tests sanguins qui peuvent être positifs en fonction du type de tumeur en cause (alpha-foeto-protéine (Alpha FP) ; Béta-HCG ; LDH, Phosphatase alcaline placentaire (PAP).

Attention certaines maladies ou comportement peuvent fausser ces résultats : alpha-FP et maladies du foie, en particulier certains cancers du foie mais aussi du pancréas ou des poumons voire la consommation de cannabis ; PAP et tabagisme important ; Béta HCG et certains cancers du foie, du pancréas, du poumon, des reins ou de la vessie)

Examens d'imagerie 

Comme les ultrasons (US), le scanner ou l'IRM. Ces deux derniers examens permettent de classifier le stade de la maladie tumorale en fonction de la découverte de métastases et leurs localisations. Ils sont par conséquent pratiqués de routine afin de mieux cibler le traitement.

Biopsies, c'est-à-dire prélèvement d'un fragment de tumeur pour l'analyser au microscope

Stades de la maladie en cas de cancer des testicules

A : tumeur limitée au testicule

B : tumeur accompagnées de ganglions abdominaux. On distingue encore des stades B1, B2 et B3 en fonction de la taille des ganglions métastatiques.

C : métastases en dessus du diaphragme (muscle qui sépare le contenu de l'abdomen des organes situés dans le thorax)

Traitements cancer des testicules

En préambule il est important de signaler que les traitements de ces cancers sont très efficaces même lorsque la maladie a déjà fait des métastases. Le type de traitement va dépendre du type et du stade de la tumeur. Ces traitements sont utilisés de manière isolée ou mixte.

Chirurgie cancer des testicules

Le premier traitement consiste, quel que soit le type et le stade de la tumeur, à enlever le testicule malade (orchidectomie). Le testicule est retiré par une incision inguinale. Une prothèse testiculaire peut être mise en place selon le désir du patient.

Le chirurgien profite en général de cette intervention pour retirer quelques ganglions lymphatiques et les analyser ce qui permettra de savoir s'ils sont ou non envahis par la tumeur (métastases). S'ils sont indemnes, le traitement s'arrêt souvent à ce stade et on se contentera de faire des examens de suivi. Dans le cas contraire on va poursuivre le traitement par de la radiothérapie.

Radiothérapie cancer des testicules

La radiothérapie est une option particulièrement adaptée aux séminomes. A part les effets secondaires locaux comme des brûlures et de la fatigue, les rayons provoquent une stérilité passagère.

Chimiothérapie cancer des testicules

La chimiothérapie est utilisée soit en prévention d'une éventuelle dissémination de la tumeur soit en cas de métastases avérées, loin de la tumeur primaire (métastases pulmonaires ou cérébrales). Les effets secondaires sont de la fatigue, des nausées, une perte de cheveux et une infertilité toutes deux temporaires.