Cancer de la vessie, traitement et pronostic

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Cancer vessie, causes, symptômes, diagnostic, stadesthumb anatomie des voies urinaires

Le traitement du cancer de la vessie dépend du type de cancer et de son stade d’extension

Stades précoces :

  • Ablation de la tumeur à travers l’urètre (TURV=Trans-urétral-Résection-Vésicale) Le chirurgien introduit une canule munie d’un système optique et d’une hanse métallique avec laquelle il saisit les excroissances tumorales, les coupe  et les extraits.

  • Ablation d’une partie de la vessie. Dans ce cas, l’urologue enlève la partie de la vessie (cystectomie partielle) envahie par la tumeur. La taille de la vessie étant réduite, le patient sera amené dans les suites à uriner plus fréquemment.

Stades avancés :

  • Chirurgie

Ablation totale de la vessie : dans ce cas la vessie est retirée en entier (cystectomie totale ou radicale). Par sécurité le chirurgien enlèvera également, chez la femme les ovaires, l’utérus et la partie haute du vagin et chez l’homme, la prostate et les vésicules séminales. Chez la femme cette opération entraîne une ménopause médicale et chez l’homme des problèmes d’érection.

La vessie est une poche qui recueille les urines provenant des reins, les stocke puis les élimine lors de la miction. Une fois la vessie enlevée, il faudra créer un nouveau système pour éliminer les urines.

Il existe plusieurs possibilités :

  • Création, à partir d’un bout d’intestin, de nouveaux conduits urinaires reliant les reins à la paroi de l’abdomen où sera pratiquée une ouverture sur laquelle on place une poche.

  • Création, à partir d’un bout d’intestin, d’une poche dans l’abdomen, à laquelle sont abouchés les uretères provenant des reins. Cette sorte de vessie s’ouvre à travers la paroi de l’abdomen. Le patient doit la sonder plusieurs fois par jour pour en vider les urines.

  • Création d’une néo-vessie à partir d’un bout d’intestin, reliée cette fois aux uretères qui apportent l’urine des reins et reliée d’autre part à l’urètre naturel qui amène l’urine de la vessie vers l’extérieur.

Immunothérapie

L’immunothérapie à pour but de stimuler le système immunitaire à détruire les cellules tumorales. On fait appel à ce type de traitement surtout les tumeurs transitionnelles. En pratique on utilise :

  • Le Bacille de Calmet et Guérin (BGG) destiné en premier à produire des anticorps contre les microbes de la tuberculose (vaccin pour la tuberculose). Dans ce cas il va stimuler le système immunitaire à attaquer les cellules malignes. Ces bacilles sont instillés dans la vessie par une sonde, à raison de plusieurs séances sur quelques mois.

  • L’interféron qui est un des composants du système immunitaire. On l’utilise également dans le traitement d’autres maladies comme l’Hépatite C ou la Sclérose en plaque.

Chimiothérapie 

Il s’agit de substances agressives pour les cellules tumorales. Elles sont administrées soit à travers une sonde directement dans la vessie soit par voie veineuse. On la prescrit dans les cas de cancer avancés.

Radiothérapie

Une machine délivre des Rayons X à hautes doses afin de détruire les cellules cancéreuses qui pourraient persister après la chirurgie. Ce n’est pas un traitement couramment prescrit dans ce type de cancer.

Pronostic

70 à 80% des personnes chez lesquelles le diagnostic de cancer de la vessie est posé, sont à un stade précoce et dans la grande majorité des cas guérissent après traitement. Lorsque le cancer est à un stade plus avancé, le pronostic est un peu moins bon mais de bons résultats sont malgré tout obtenus par les traitements combinés.