Cancer de la prostate

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

La prostate est une glande située à la sortie de la vessie

Elle entoure la base de la verge. Elle produit un liquide qui constitue l'essentiel de l'éjaculat (le sperme).

Types de cancer de la prostate

Le cancer de la prostate est un des cancers les plus fréquents chez l'homme. Sa croissance est lente dans la très grande majorité des cas, de sorte qu'il ne se manifeste par des symptômes qu'assez tardivement. Certains hommes affectés par ce type de tumeur vont mourir d'autres causes, sans que la tumeur ne se soit jamais manifestée. Quelques uns de ces cancers, une minorité, ont cependant une croissance rapide. Il est impossible à l'heure actuelle de déterminer de manière simple, à quel type appartient un cancer isolé. Il n'y a que l'évolution qui permette, à posteriori, de le savoir.

Causes du cancer de la prostate

Il existe plusieurs articles médicaux qui mettent en avant telle ou telle cause favorisant le cancer de la prostate. Aucune, jusqu'ici, n'a toutefois démontré de liens clairs avec ces cancers. Tout au plus a-t-on noté que les cancers de la prostate sont plus fréquents à un âge avancé, qu'ils frappent plus souvent les hommes noirs et les obèses.

Symptômes du cancer de la prostate

Très souvent, surtout lorsqu'ils sont de taille réduite, les cancers de la prostate ne font que peu de manifestations cliniques. Lorsqu'ils croissent ils peuvent causer :

  • Des troubles urinaires comparables à ceux de l'hypertrophie bénigne de la prostate
  • Sang dans les urines
  • Sang dans le sperme
  • Jambes enfles si la tumeur est volumineuse et qu'elle comprime les vaisseaux des membres inférieurs au niveau de l'abdomen.
  • Douleurs dans le bas ventre
  • Douleurs osseuses lorsqu'il existe des métastases

Complications du cancer de la prostate :

Lorsque la tumeur progresse, elle se dissémine : dans les organes avoisinants (vessie, ganglions) et dans les organes à distance, en particulier les os. Localement elle peut provoquer, en plus des symptômes mentionnés ci-dessus, des troubles érectiles. A distance essentiellement des douleurs osseuses puisque c'est dans les os que les métastases sont le plus souvent localisées.

Diagnostic du cancer de la prostate

Il existe des examens permettant de détecter les cancers de la prostate. La communauté médicale est divisée sur l'opportunité de pratiquer ces examens de routine, lorsqu'il n'y a pas de symptômes. Ces divergences viennent du fait, on le verra ci-dessous, que les médecins ne sont pas certains que les traitements prolongent, dans ces cas-là, la vie des malades. En revanche les effets secondaires des traitements sont assez lourds et très fréquents.

Toucher rectal 

Le médecin peut palper la prostate en introduisant un doigt à travers l'anus, dans le rectum. Bon nombre de cancer sont ainsi découverts.

Dosage de la PSA  (prostate specific antigen):

Il s'agit d'un test par lequel on dose la quantité de cet antigène dans le sang. Cette substance est produite normalement par la prostate. Lorsque son taux est élevé dans le sang il signale qu'il existe une affection de la prostate. Malheureusement ce test n'est pas spécifique des cancers de la prostate. Une inflammation ou une infection de la prostate peut provoquer une telle augmentation. Ainsi cet examen peut se révéler faussement positif.

Ultrasons 

Par l'intermédiaire d'une sonde à ultrasons introduite dans le rectum, il est possible de visualiser la taille de la prostate. Cet examen ne peut pas mettre en évidence des cancers à des stades précoces.

Biopsie 

Lorsqu'un cancer est suspecté, il est possible de prélever des minuscules carottes de tissu prostatique en piquant la prostate à travers le rectum. L'analyse au microscope de ces fragments de prostate permet de visualiser un cancer. Il est toutefois possible de manquer le diagnostic si la ponction-prélèvement passe à côté du tissu cancéreux.

Lorsque le cancer est mis en évidence, ces caractéristiques permettent de définir s'il s'agit d'un cancer agressif ou non (score de Gleason). Cela peut conduire l'attitude thérapeutique.

La dissémination du cancer à travers le corps permet de le classer en 4 stades. Plus le stade est élevé, moins le traitement sera efficace en terme de guérison.

Traitement du cancer de la prostate

Une fois le diagnostic de cancer posé, le traitement dépendra du type, du stade de la tumeur et de l'âge du patient.

Si le cancer n'est pas du type agressif, s'il est diagnostiqué à un stade précoce, s'il ne cause pas de symptômes, certains urologues conseillent de se limiter à une surveillance régulière de l'évolution de la tumeur et de ne mettre en route un traitement que si le cancer se manifeste. Cette attitude doit être discutée de cas en cas entre le patient et le médecin. Il faut peser les bénéfices du traitement et les effets secondaires qui en découlent.

Dans les autres situations on envisage généralement un traitement d'emblée. Il consiste en :

Chirurgie  en cas de cancer de la prostate

On effectue dans ce cas une prostatectomie radicale. Il s'agit de retirer toute la prostate et les ganglions lymphatiques adjacents. Il existe plusieurs techniques opératoire : à travers l'abdomen, par dessous, en arrière des bourses, par laparoscopie ou par l'intermédiaire d'un robot.

Les effets secondaires sont une dysfonction érectile dans pratiquement la totalité des cas et parfois une incontinence urinaire.

Radiothérapie en cas de cancer de la prostate

Soit par voie externe au corps, soit par irradiation au moyen de microbilles placées dans la prostate. Les effets secondaires sont fréquents. Il s'agit de brûlures en urinant, besoins d'uriner augmentés et d'urgences, de douleurs en allant à la selle, de perte de selles et de dysfonction érectile.

Hormonothérapie en cas de cancer de la prostate

La testostérone, hormone mâle, produite par les testicules, stimule la croissance des cellules cancéreuses. En administrant des médicaments qui bloquent la production de testostérone (Zoladex) ou qui bloquent son action au niveau des cellules cancéreuses (Casodex), on parvient à inhiber la croissance des cellules cancéreuses voire les détruire.

Effets secondaires : Dysfonction érectile, bouffées de chaleur, prise de poids, diminution de la pilosité.

Autres traitements contre le cancer de la prostate

D'autres traitements ont parfois été utilisés. Cryothérapie (par le froid) ; thermothérapie (par le chaud) ; chimiothérapie pour les cas qui ne répondent pas aux autres thérapies.