Rhumatisme déformant

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

 

Seul un traitement précoce de la polyarthrite rhumatoïde est capable de maintenir la mobilité articulaire

La médecine actuelle progresse et la médecine naturelle est susceptible de mettre du baume sur vos douleurs.

La polyarthrite rhumatoïde est un rhumatisme déformant qui s’attaque aux mains, aux pieds et à toutes les articulations :

  • épaules
  • nuque
  • coudes
  • genoux (à l’exception de la colonne vertébrale)

L’affection évolue sur un mode chronique avec des périodes de poussées au cours desquelles l’ensemble des articulations a tendance à gonfler, à s’enraidir et surtout à faire très mal. Sa cause n’est pas encore connue mais il s’agit probablement d’une maladie auto immune. En cas de raideur matinale persistante plus de six semaines consécutives il convient de consulter un médecin. Ce dernier va rechercher dans le sang des substances qui signent la présence d’une inflammation. Ces paramètres sont presque toujours augmentés en cas de polyarthrite rhumatoïde puisqu’il s’agit d’une maladie inflammatoire. Il va ensuite rechercher la présence de marqueurs spécifiques de la maladie, qui sont le facteur rhumatoïde et les anticorps spécifiques.

Traitement de fond

Il est important que le traitement soit instauré dés que le diagnostic est posé, idéalement dans les trois premiers mois suivant l’apparition des symptômes. Dans un premier temps on peut prendre des anti-inflammatoires tels que le Voltaren. Dans un deuxième temps le médicament de choix est le Méthotrexate mais aussi le Léflunomide ou la Sulfasalazine. Lors d’un épisode aigu on ajoute un traitement à base de cortisone afin de diminuer l’inflammation et donc les symptômes. On le poursuit à faible dose tout au long de la première année et cela même en cas de rémission car il permettra, associé au traitement de fond, d’empêcher la progression de la maladie.

Lorsqu’un traitement de fond intensif ne suffit pas pour contrôler l’évolution de la maladie, d’autres mesures médicamenteuses peuvent être entreprises. On prescrit alors des médicaments immunosuppresseurs. Il a pu être établi qu’au stade précoce un traitement combiné entraînait non seulement une rémission mais permettait souvent la guérison.

En dernier recours il y a la possibilité de faire appel à la chirurgie pour corriger les déformations inhérentes à cette maladie. Dans ce cas les médicaments devront être arrêtés de 2 semaines à 1 mois avant l’opération.

La physiothérapie

Les infrarouges et les ondes courtes apportent une chaleur bienfaisante, en surface pour les premiers, en profondeur pour les seconds. La chaleur relaxe la musculature, maintient la souplesse et calme les douleurs.

Les courants électriques peuvent être aussi utilisés pour restaurer une musculature souvent affaiblie par l’inflammation, par exemple au niveau du genou pour contrôler la stabilité articulaire. A basse fréquence, ils jouent aussi un rôle antidouleur.

Le fango (boue chaude) : cette technique à l’avantage de décongestionner l’articulation enflammée et de lutter contre la douleur.

Médecine naturelle

Lors de crises aiguës, appliquez sur les zones douloureuses des cataplasmes épais d’argile.

Préparation : versez de l’argile dans un saladier et laissez couler un filet d’eau jusqu’à ce qu’il recouvre l’argile. Une fois recouverte il n’est pas nécessaire de la mélanger à l’eau, le mélange se fait tout seul. Il est recommandé de préparer l’argile une à deux heures avant son utilisation. On peut la chauffer au bain-marie avant son application. On applique directement le cataplasme sur la peau et on le maintient avec un pansement adhésif en serrant juste ce qu’il faut. Quant au temps d’action, il est conseillé de le laisser le plus longtemps possible, selon votre capacité à le supporter, 1 voire 2 à 3 heures ou même toute une nuit.

Complétez ce traitement externe par un traitement interne :

Buvez le matin à jeun un verre d’eau argileuse.

Préparation : dans un verre d’eau ajoutez une cuillère d’argile (buvez jusqu’à 3 verres par jour et pendant 3 semaines, arrêtez une semaine et reprenez le traitement si nécessaire)

Pour renforcer l’action de l’argile et soulager la douleur : frictionnez les zones atteintes avec le mélange suivant : huile camphrée et ail pilé, soit deux tiers d’huile camphrée pour un tiers d’ail pilé.

La polyarthrite rhumatoïde qui était une maladie extrêmement invalidante jusqu’à tout récemment, en raison des déformations des articulations, est en passe d’être maîtrisée par les nouvelles découvertes thérapeutiques