Perte de connaissance, syncope

Note utilisateur: 1 / 5

Etoiles activesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Au sens médical du terme, une syncope est une perte de connaissance brève et complète.

Elle fait  suite à un ralentissement du rythme cardiaque avec chute de l’apport sanguin au niveau du cerveau.

Cette baisse du débit sanguin cérébral peut avoir de nombreuses causes :

Types et causes des syncopes :

Syncopes vasculaires réflexes : (17 – 52%)

La chute de la fréquence cardiaque et la brusque dilatation des vaisseaux sanguins sont, dans ce cas, une réponse excessive de système nerveux sympathique (ou système nerveux vagal) à une stimulation corporelle ou émotionnelle banale :

  • Syncopes vagales de situation : Elles font suite à un accès de toux ou d’éternuement, au fait d’uriner ou de déféquer, de bloquer la respiration lors d’un effort.
  • Syncopes vagales lors de stress émotionnel, de station immobile debout prolongée, d’ambiance confinée, chaude, enfumée.
  • Syncopes vagales lors de pression sur les artères carotides (grosses artères situées sur les côtés du cou, qui apportent le sang au cerveau) Cela se passe lors de la pression due au rasage ou lorsqu’un col de chemise est trop serré.
  • Syncopes vagales dues à des chutes de pression (dite syncopes orthostatiques) Ces chutes de pression se produisent lorsqu’une personne se lève brusquement du lit ou d’une chaise (voile noir devant les yeux et perte de connaissance avec chute).

Syncopes cardiaques : (7 à 36% des cas)

Lors d’insuffisance cardiaque, il peut y avoir une mauvaise adaptation à un effort, même léger. Cela peut arriver en cas de rétrécissement de la valve aortique, de cardiomyopathies ou de problèmes avec une prothèse valvulaire.

Syncopes neurologiques : (2 à 12% des cas)

  • Mauvaise irrigation du cerveau à partir des artères vertébrales. Ces artères se trouvent é l’arrière de la nuque. Elles peuvent être partiellement obstruée par du cholestérol ou être comprimées par de l’arthrose à partir des vertèbres cervicales.

Syncopes métaboliques : (2 à 9% des cas)

  • Hypoglycémie c’est-à-dire importante baisse du sucre dans le sang. Cela peut se produire lors d’un effort d’endurance sans s’être suffisamment alimenté ou lors de l’utilisation de trop fortes doses de médicaments pour faire baisser le sucre dans le sang en cas de diabète.

Symptômes :

  • La perte de conscience proprement dite est souvent précédée par un malaise vague, une fatigue, des palpitations, des sueurs ou des bâillements.
  • La syncope ou perte de connaissance proprement dite est complète et brève (moins de 3 minutes)
  • La chute peut être soudaine ou progressive.
  • Pendant la perte de conscience il n’y a pas de secousses comme dans l’épilepsie. Mais on peut voir des pertes d’urine et morsure de langue comme dans l’épilepsie.
  • La reprise de conscience est rapide et complète, sans confusion

Diagnostic différentiel :

Dans ce type de situation il faut également penser à :

  • L’épilepsie
  • Chutes sur vertiges et perte de connaissance par traumatisme
  • Perte de l’équilibre, chute et perte de connaissance sur traumatisme chez la personne âgée en particulier
  • Ivresse
  • Narcolepsie
  • Malaise de conversion (autrefois troubles hystériques)

Examens :

  • Examen clinique au cours duquel le médecin va procéder à une auscultation soignées des artères carotides et vertébrales ainsi que du cœur et prendre la pression.
  • Il va recueillir soigneusement les circonstances dans lesquelles s’est produite la syncope ce qui permet souvent de préciser le type de syncope dont il s’agit
  • L’électrocardiogramme et l’échocardiogramme, examens qui permettent d’analyser les troubles du rythme et de la conduction cardiaque ainsi que de détecter une insuffisance cardiaque ou des problèmes au niveau des valves cardiaques
  • L’enregistrement du cœur sur 24 heures pour détecter d’éventuels troubles du rythme survenant par épisodes.
  • Test de la table basculante (Tilt test). On place le patient couché à l’horizontal sur une table. Ensuite on la relève brusquement à la verticale avec le patient attaché dessus. En cas d’hypotension orthostatique, la personne va se sentir mal voir perdre connaissance et surtout on va assister à une chute de la pression sanguine.

table_basculante

Traitements :

Souvent il n’y a pas de traitement spécifiques mais uniquement des conseils prodigués au patient.

  • Bétabloqueurs : bien que ces médicaments soient utilisés à hautes doses pour faire baisser la pression, on peut les utiliser à petites doses pour stabiliser le système nerveux vagal et le rendre moins sensible aux stimuli externes.
  • Vaso-constricteurs : ce sont des médicaments qui font se contracter les veines et partant augmentent la pression. Ils sont utilisés en cas d’hypotension orthostatique
  • Bas de constention : Ils empêchent les veines des jambes de se dilater brusquement et préviennent ainsi les chutes de pression.

 Consulter d'autres articles sur les maladies neurologiques