Règles abondantes ou ménorragie

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Fotosearch UtérusLa ménorragie est le terme médical désignant des règles abondantes ou prolongées

La plupart des femmes ne connaissent pas de pertes de sang suffisamment importantes pendant les règles pour être définie en ces termes.

Quelles sont les causes de la ménorragie ?

La ménorragie est le plus souvent due à un déséquilibre hormonal. Les adolescentes sont sujettes à des cycles anovulatoires (règles sans ovulation) pendant la première année suivant leurs premières menstruations (ménarches) Ce problème peut également concerner les femmes à l’approche de la ménopause en raison de changements hormonaux qui conduisent à des cycles anovulatoires comme chez les adolescentes.

Plus rarement  d’autres causes sont à rechercher :

  • Déséquilibre hormonal. Dans un cycle menstruel normal, il y a un équilibre entre les œstrogènes et la progestérone. Ces deux hormones contrôlent  l’épaississement de la muqueuse de l’utérus (endomètre) afin de la préparer à une éventuelle grossesse. En cas de déséquilibre hormonal, l’endomètre se développe en excès et s’évacue par voie vaginale sous forme de saignements menstruels plus abondants que normalement.
  • Dysfonctionnement des ovaires. Si les ovaires ne libèrent pas un ovule (ovulation) pendant le cycle menstruel,  il n’y aura pas production de progestérone.  Il se produira un déséquilibre hormonal et des ménorragies.
  • Fibromes utérins. Ce sont des tumeurs bénignes de l’utérus qui  apparaissent au cours des années chez de nombreuses femmes. Ces fibromes utérins peuvent provoquer des saignements menstruels plus prolongés.
  • Polypes. Ce sont de petites tumeurs bénignes qui se développent à partir de la muqueuse de l’utérus. Ils peuvent des règles très abondantes et/ou prolongées. Les polypes de l’utérus surviennent le plus souvent chez les femmes en âge de procréer.
  • Adénomyose. Il s’agit d’une prolifération des glandes de l’endomètre (muqueuse de l’utérus) qui envahissent le muscle de l’utérus. Elles causent souvent des saignements abondants et des règles douloureuses. L’adénomyose se développe généralement chez les femmes d’âge moyen qui ont eu des enfants.
  • Stérilets. Les femmes utilisant ce type de contraception ont des risques de règles abondantes. Dans ce cas il convient de retirer le dispositif.
  • Grossesse à complication. Un saignement en cas de grossesse peut être le signe d’une grossesse extra-utérine (implantation de l’ovule fécondé en dehors de l’utérus)  Il convient de consulter le gynécologue dans les meilleurs délais.
  • Cancer. Dans de rares cas, un cancer de l’utérus ou de l’ovaire peut provoquer des saignements abondants.
  • Médicaments. Certains médicament, y compris les médicaments anti-inflammatoires (aspirine et dérivés) et les anticoagulants peuvent contribuer à des saignements abondants

Quels sont les signes et les symptômes de la ménorragie ?

  • Nécessité d’utiliser plusieurs tampons ou serviettes hygiéniques chaque heure pendant plusieurs heures consécutives
  • Saignements abondants pendant plus d’une semaine
  • Caillots mêlés au  sang des règles pendant plusieurs jours
  • Fatigue, essoufflement accompagnant les pertes de sang

Quels sont les risques en cas de menstruation excessive prolongée ?

  • Anémie due à la perte de sang (manque de fer)
  • Pâleur due à l’anémie
  • Faiblesse et fatigue
  • Essoufflement si l’anémie est importante
  • Crampes ou douleurs intenses pendant les règles

Diagnostic : Le médecin peut proposer les tests suivants :

  • Analyse de sang. Pour évaluer l’anémie ou d’autres troubles telles des anomalies de la coagulation sanguine.
  • Test de Papanicolaou (Pap-test). Cet examen consiste à prélever au moyen d’un bâtonnet quelques cellules du col de l’utérus pour voir s’il y a une infection, une inflammation ou des modifications pouvant conduire à un cancer. Il se pratique de manière préventive lors de chaque examen gynécologique.
  • Biopsie de l’endomètre. Prélèvement d’un  échantillon de la muqueuse de l’utérus à des fins d’analyses pour détecter une endométriose, un polype ou un cancer.
  • Echographie. Cette méthode d’imagerie permet d’obtenir une image de l’utérus, des ovaires et du bassin. Parfois on injecte un produit dans l’utérus afin de mieux voir l’intérieur de l’utérus.
  • Hystéroscopie. Cet examen consiste à insérer petite sonde munie d’une minuscule caméra dans l’utérus pour en visualiser l’intérieur

Traitements en cas de ménorragie

Le traitement dépendra de toute évidence de la gravité et de la cause des métrorragies. Parfois on se limite à traiter les symptômes, d’autres fois on va traiter, si possible, les causes.

 Le traitement peut inclure :

  • Prise d’un supplément de fer en cas d’anémie
  • Prescription d’un médicament pour soulager les crampes ou douleurs tels des anti-inflammatoires (Ibuprofen)
  • Prescription de contraceptifs oraux, qui en plus d’agir comme contraceptifs peuvent réguler les règles.
  • Modification d’un traitement hormonal par contraceptifs mal supportés
  • Prescription de progestérone pour favoriser l’équilibre hormonal. Telle la Norethisterone.
  • Pose de stérilet recouvert d’hormone. Il s’agit d’un stérilet libérant progressivement un progestatif qui régularise l’épaisseur de la muqueuse utérine.

Dans certains cas plus rares, le médecin pourra procéder à  des actes plus invasifs, tels les curetages ou d’autres interventions chirurgicales.