Ménopause et infections vaginales

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Le vagin contient naturellement des bactéries, c’est ce que l’on nomme la flore vaginale

Ces germes ont un rôle dans la prévention des infections vaginales par des bactéries ou des champignons (mycoses). Parmi ces germes l’un d’entre eux est particulièrement important. C’est le lactobacillus ou bacille de Döderlein du nom du médecin qui l’a découvert.

Comment fonctionnent les défenses naturelles de la partie intime féminine ?

Il faut tout d’abord qu’il y ait suffisamment d’œstrogène (hormone femelle) dans les cellules des parois du vagin (ce qui n’est pas toujours le cas après la ménopause). Ces oestrogènes vont permettre à ces cellules de se développer et de fabriquer du glycogène, qui est la nourriture naturelle des lactobacillus.

Ainsi en présence de glycogène, les lactobacillus vont se développer en nombre et fabriquer à leur tour une substance acide qui va s’opposer à la croissance des microbes et des champignons qui provoquent les infections vaginales.

Lors d’une infection vaginale il y a destruction de la flore normale ce qui favorise la persistance de l’infection ou des rechutes.

Mais cette destruction de la flore normale peut également se produire après un traitement antibiotique, même pour une maladie sans rapport avec le vagin (angine, bronchite, etc..) C’est pourquoi beaucoup de femmes font des mycoses suite à un traitement antibiotique.

Dans une étude récente il a été démontré que l’on pouvait reconstituer rapidement la flore vaginale après une infection en prescrivant des lactobacilles vivants ajouté à de faibles doses d’oestriol (il s’agit d’un œstrogène).

Quant à l’oestriol on peut le prescrire seul, chez la femme ménopausée, qui a tendance à faire des infections vaginales. Cette hormone va stimuler la croissance des cellules de la paroi vaginale permettant ainsi la croissance des lactobacillus ce qui va diminuer la tendance aux infections. Parfois l'oestriol est associé à de la progestérone pour rétablir l'équilibre hormonal tel qu'il existait avant la ménopause.  Le Kilogest est l'un de ces médicaments. 

De plus, chez la femme ménopausée qui souffre souvent de sécheresse vaginale, l’oestriol va améliorer la qualité des cellules de la paroi vaginale et favoriser une bonne lubrification vaginale. Cela permet à la fois de prévenir les démangeaisons et favoriser des rapports sexuels harmonieux après la ménopause.