Endométriose, maladie gynécologique

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

L’endométriose est une maladie de la sphère gynécologique

anatomie_uterusDans l’endométriose, l’endométre, qui est constitué des cellules de la couche interne de l’utérus, se développe dans d’autres endroits du corps. Le plus souvent on le trouve dans les Trompes de Fallope (conduits qui transportent les ovules des ovaires vers l’utérus) ; sur les ovaires ou sur tout autre partie du bas ventre.

 

 

Cet endométre situé ailleurs que dans l’utérus va se comporter comme dans l’utérus. Au moment des endomtrioserègles, il va croître puis saigner comme il le fait dans l’utérus. Ce sang ne pouvant être évacué à l’extérieur du corps, il va irriter les organes où il se trouve et produire une série de symptômes.

Il peut conduire au développement de kystes ou d’adhérences qui vont coller des organes entre eux. Il peut également provoquer des problèmes de stérilité.

Symptômes :

Il existe différents degrés d’endométriose : elles peuvent être légères, moyennes ou sévères. Sans traitement, l'endométriose tend à s’étendre et à s’aggraver. Certaines femmes affectées ne présentent aucun symptôme, d’autres peuvent présenter un ou plusieurs les symptômes suivants :

Douleurs pendant les règles (dysménorrhées) : des douleurs du bas ventre et des crampes peuvent commencer avant les règles et durée pendant plusieurs jours. Il peut s’y ajouter des douleurs abdominales et même des douleurs lombaires. La sévérité des symptômes n’est pas nécessairement reliée à la gravité de l’atteinte.

Douleurs en dehors des règles (dyspareunie).Il y peut y avoir des douleurs abdominales au moment de l’ovulation (milieu du cycle) ou très profondes dans le bas ventre au moment des rapports sexuels, voire lors de mouvements des intestins (digestion) ou pendant la miction (fonction d’uriner).

Saignements importants : Il peut se produire occasionnellement des règles très fortes (ménorrhagies) ou des saignements en dehors des règles (ménométrorrhagies)

Stérilité : L’endométriose est la première cause de stérilité chez la femme. Elle est due à la présence d'endomètre dans les trompes. Les autres causes sont ensuite les infections notamment à chlamydia

Le diagnostic n’est pas facile. Les symptômes de l’endométriose peuvent être confondus avec ceux du colon irritable. Parfois les deux pathologies coexistent, ce qui complique encore le diagnostic.

Facteurs de risque de développer une endométriose

  • Ne pas avoir d’enfant
  • Avoir une mère qui a souffert d’endométriose
  • Avoir des cycles de moins de 27 jours et d’une durée supérieure à 8 jours
  • Avoir eu des infections abdominales
  • Etre blanche ou asiatique

Complications :

La principale complication de l’endométriose est l’infertilité. Environ 30 à 50% des femmes souffrant d’endométriose ont des difficultés à avoir des enfants.

En effet l’endométriose, lorsqu’elle se situe dans les trompes de Fallope, retient l’ovule dans son parcours vers l’utérus et l’empêche d’être fertilisé par les spermatozoïdes.

L’endométriose n’augmente les risques d’avoir un cancer.

Méthodes diagnostiques de l’endométriose

Après avoir pris note des plaintes de la patiente, le médecin va faire les examens suivants :

  • Examen gynécologique standard

ultrasonsUltrasons : soit à travers la paroi de l’abdomen soit par voie interne, dans le vagin. Ce n’est pas un examen qui détecte toutes les endométrioses mais qui peut exclure un certain nombre d’autres causes aux symptômes rapportés comme les kystes des ovaires par exemple.

Laparoscopie : Le seul examen qui permet de visualiser directement unelaparoscopie endométriose dans l’abdomen est la laparoscopie. La laparoscopie se fait de la manière suivante. On introduit dans l’abdomen une petite sonde par laquelle on injecte un gaz. Ce gaz va dilater la paroi abdominale ce qui permettra de mieux voir les organes à l’intérieur du ventre. Puis une autre petite sonde est introduite près du nombril. Elle est munie d’un système optique qui permet de voir les organes et l’endométriose si elle existe. Le médecin connaîtra également son extension et si elle cause des adhérences. Il pourra ainsi choisir le traitment le plus approprié.

Traitements :

On utilise soit des médicaments, soit la chirurgie. Cela dépend de la gravité de l’endométriose d’une part et si la femme souhaite être enceinte d’autre part. D’une manière générale on privilégie les médicaments.

Traitement des douleurs :

On prescrit en général des anti-inflammatoires et, s’ils s’avèrent inefficaces : des antidouleurs.

Traitement hormonal :

Les traitements hormonaux sont très efficaces pour soulager voire supprimer les douleurs. S’ils ne produisent aucun effet, on peut remettre en question le diagnostic.

Parmi les traitements hormonaux utilisés il y a :

Des hormones qui bloquent l’apparition des règles. Elles effacent les symptômes de l’endométriose aussi longtemps qu’elles sont prises et parfois même après. Mais elles produisent une ménopause artificielle avec des effets secondaires tels que la sécheresse vaginale ou des bouffées de chaleur.

Dépo-Provera : c’est une hormone contraceptive injectable de longue durée d’action. Elle présente des effets secondaires sur la prise de poids notamment.

Tamoxifen (inhibiteur de l’aromatase): Il s’agit d’un produit administré chez les femmes qui ont été opérée d’un cancer du sein. Il bloque la production d’oestrogènes et par conséquent empêche la croissance de l’endométrium. Il est bien toléré et a moins d’effets secondaires que les précédents.

Chirurgie :

Chirurgie conservatrice : elle consiste à n’enlever ou à détruire par laser que la zone recouverte par de l’endométrium. On la pratique dans les trompes en cas de désir de grossesse ou dans les cas où les douleurs sont difficiles à contrôler par les médicaments. La chirurgie sert également à libérer des adhérences. Elle se pratique par laparoscopie ou par voie ouverte (ouverture classique de l’abdomen)

Chirurgie radicale : Elle consiste à enlever l’utérus (hystérectomie) et les deux ovaires (ovariectomie) Cette opération est réservée aux cas très sévères d’endométriose. Après une telle opération la femme est évidemment stérile et ménopausée.

Maladies gynécologiques