Dépistage du cancer de l’utérus

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Depuis de nombreuses années les gynécologues peuvent dépister le cancer de l’utérus à un stade très précoce voire même avant qu’il se manifeste.

Pour ce faire ils pratiquent un frottis du col de l’utérus lors d’un examen gynécologique de routine. Cet examen se nomme le test de Papanicolu ou, en abrégé, le Pap test.

Le gynécologue frotte avec une spatule en bois le col de l’utérus. Il prélève ainsi quelques cellules qui sont ensuite analysées.

Les cellules examinées peuvent être normales, montrer des anomalies (être atypiques) ou être franchement cancéreuses.

  1. Cellules atypiques sans signes de malignité : Ces anomalies cellulaires ne sont pas inquiétantes. Ce sont des modifications qui se produisent en cas d’infection vaginale banale ou d’infection par le papillomavirus humain.

  2. Cellules atypiques avec anomalies pouvant indiquer un état précancéreux. Dans ce cas le gynécologue va faire une colposcopie, examen au microscope du col de l’utérus après l’avoir coloré. Il pourra ainsi décider s’il doit pratiquer un traitement spécifique ou préconiser un second examen après 6 mois environ.

  3. Cellules atypiques avec des anomalies importantes. Il s’agit cette fois d’un stade précancéreux avéré, c’est-à-dire que si on laisse les choses évoluer, les cellules vont devenir effectivement cancéreuses.

  4. Cellules cancéreuses. Il s’agit cette fois d’un cancer présent mais encore à un stade débutant. Le gynécologue va alors mettre en œuvre des mesures thérapeutiques.

Le Pap test peut aussi permettre diagnostiquer une inflammation ou une hyperkératose. Ce sont des affections sans danger de dégénérer en cancer.

Qu’est-ce qu’une colposcopie ?

Il s’agit d’un examen du col de l’utérus, après coloration, au moyen d’un microscope. Il permet également de pratiquer des biopsies (petits prélèvements) ciblés sur les zones suspectes d’être cancéreuses.

Les maladies gynécologiques