Cancer des ovaires

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Chez la femme, ses deux ovaires se situent de part et d’autre de l’utéruscancer ovaires

Les ovaires produisent :

  • les ovules qui sont conduits par les trompes jusque dans l’utérus où à lieu le cas échéant la fécondation et le développement du fœtus.
  • Des hormones : œstrogène, progestérone et testostérone (en très faibles doses).

Le cancer des ovaires est un cancer peu fréquent

Il est en 8ème position dans les cancers qui touchent les femmes, bien  après le cancer du sein et celui du poumon. Il apparaît surtout après la ménopause bien qu’on puisse le diagnostiquer à tout âge.

Cancer des ovaires, les différents types : la classification en type de cancer des ovaires est basée sur les cellules des ovaires à partir desquelles se développe la tumeur. On distingue :

  • Cancer des ovaires de type épithélial dont le point de départ se fait à partir des cellules situées en surface de l’ovaire.
  • Cancer des ovaires de type germinal. Il provient des cellules qui forment les ovules.
  • Cancer stromal des ovaires dont l’origine se situe dans les cellules qui fabriquent les hormones : œstrogène, progestérone, testostérone.
  • Le type le plus fréquent est le cancer à cellules épithéliales.

Symptômes du cancer de ovaires

Les cancers des ovaires font peu de symptômes aux stades précoces ce qui rend leur diagnostic difficile et retardé. De plus ces symptômes sont peu spécifiques. Ils ressemblent à ceux associés à des maladies digestives ou urinaires banales.

  • Sensation de lourdeurs abdominales, de gonflements de gaz.
  • Sensation d’embarras digestif, de nausées, de perte d’appétit
  • Tiraillements dans le bas ventre
  • Modifications persistante du transit intestinal
  • Modifications persistantes des habitudes mictionnelles (besoin d’uriner plus fréquent)
  • Douleurs bas du dos
  • Fatigue 

Facteurs de risque du cancer des ovaires :

  • Mutations génétiques : un petit nombre de cancer des ovaires est dû à des mutations génétiques. Ces mutations concernent les mêmes gènes que celles qui favorisent le cancer du sein familial. Il s’agit des gènes BRCA 1 et BRCA 
  • Histoire familiale : il y a plus de risque de développer un cancer de l’ovaire si une femme proche sur le plan familial a été affectée par cette maladie.
  • Ne jamais avoir été enceinte : chez ces femmes le cancer de l’ovaire est plus fréquent que chez les femmes ayant eu des enfants.

Diagnostic du cancer des ovaires :

On pose le diagnostic sur la base de l’examen clinique gynécologique et surtout sur les examens d’imagerie tels les ultra-sons, le scanner ou l’IRM. Le diagnostic de certitude permettant en outre de définir le type de cancer, se fait sur la base de biopsies (prélèvement d’un petit fragment de tumeur et analyse microscopique.

Il existe également un examen sanguin par lequel on dose une protéine sanguine appelée C 125. Cette protéine se retrouve également chez des femmes sans cancer de l’ovaire de sorte qu’on la dose surtout pour suivre l’évolution de la maladie ou les récidives sous traitement plutôt que pour poser le diagnostic.

Stades du cancer des ovaires

Il est important de connaître le stade auquel se trouve le cancer le cancer car le stade détermine le type de traitement à appliquer et le pronostic

Stade I   : le cancer est situé uniquement dans ou sur l’ovaire

Stade II  : le cancer a envahi des organes voisins des ovaires (utérus, trompes, etc)

Stade III : le cancer s’est étendu plus loin dans l’abdomen, vers des ganglions

Stade IV : le cancer a envahi d’autres organes à distance (métastases) tel le foie ou les poumons.

Traitements du cancer des ovaires :

La plupart du temps on associe d’emblée la chirurgie et la chimiothérapie

Chirurgie : lorsque le cancer est au stade I, le chirurgien peut ôter uniquement l’ovaire malade et la trompe attenante. Lorsque le cancer est plus étendu, on enlève les deux ovaires, les deux trompes, l’utérus, la graisse et les ganglions de la région.

Chimiothérapie : la chimiothérapie (injection par les veines de substances capables de tuer les cellules cancéreuses) est appliquée après la chirurgie dans la plupart des cas.  Dans les cas avancés on l’utilise en première ligne puis on réalise l’opération si cela s’avère possible.

Malgré ces traitements le pronostic des cancers de l’ovaire n’est pas toujours très favorable. Toutefois chaque cas est particulier et il faut absolument en parler avec un médecin spécialiste, gynécologue et/ou oncologue.