Les allergies alimentaires

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

On appelle allergies alimentaires des réactions du corps mettant en jeu le système immunitaire, après avoir ingéré certains aliments

Ces allergies touchent environ 7% des enfants de moins de 5 ans et 4% des adultes.

On confond parfois les allergies avec les intolérances alimentaires. Ces dernières ont des conséquences moins graves.

Symptômes :

Ils peuvent être plus ou moins gênants mais dans certains cas ces réactions allergiques peuvent provoquer le décès. Les symptômes surviennent entre quelques minutes et 2 heures après la prise de la nourriture incriminée. Ils peuvent apparaître lors du premier contact avec un aliment donné ou après avoir mangé les mêmes aliments sans problèmes, à plusieurs reprises.

Les symptômes les plus fréquents sont :

 

  • Urticaire, démangeaisons voire eczéma

  • Picotements dans la bouche

  • Gonflement des lèvres, du visage, de la langue, de la gorge ou d’autres parties du corps

  • Nez bouché, difficulté à respirer

  • Douleurs abdominales, nausées, vomissements, diarrhées

  • Vertiges, faiblesse, évanouissement

Dans quelques cas les symptômes sont extrêmement violents, causant des réactions généralisées appelées « anaphylactiques ». Dans ces situations la vie du patient peut être en danger. Cela se manifeste par :

  • Serrement et constriction des voies aériennes (bronches)

  • Gonflement au niveau de la gorge avec impression de présence d’une masse qui obstrue le passage de l’air.

  • Sudation, pâleur, chute de pression

  • Pouls rapide

  • Faiblesse et perte de conscience

Causes :

La majorité des allergies proviennent des aliments suivants :

  • Fruits de mer

  • Cacahuettes, noix

  • Poissons

  • Œufs

Chez les enfants on trouve fréquemment les :

  • Œufs, le lait, les aliments à base de blé

Réactions croisées :

On appelle réaction croisée, une allergie à un produit non alimentaire donné qui se déclencher également lors de l’ingestion d’un aliment. Par exemple des personnes souffrant du rhume des foins peuvent voir apparaître des symptômes allergiques digestifs en mangeant des noix ou du céleri.

Effet déclenchant de l’exercice :

Certaines personnes ne sont allergiques à un aliment que lorsqu’elles se livrent à un exercice peu après la prise de l’aliment en cause.

Facteurs de risque :

Il existe un certain nombre de conditions dans lesquelles le risque de développer une allergie alimentaire est augmenté. Ce sont :

  • D’autres personnes de la famille qui sont atteinte d’allergies alimentaires, d’asthme, d’eczéma, d’urticaire ou de rhume des foins (rhinite pollénique).

  • Allergies dans l’enfance

  • Présence d’autres types d’allergie que les allergies alimentaires

  • Asthmatique

Diagnostic :

Il est très important, lorsque l’on suspecte une allergie alimentaire de :

  • Tenir un carnet des repas afin de mettre en évidence d’éventuelles répétitions de réactions avec des aliments particuliers.

  • Tests cutanés : les médecins placent une très petite quantité de la substance suspectée en contact avec la peau (souvent dans le dos)

  • Abstention de prise d’un aliment pendant 2-3 semaines puis, si rien ne s’est passé, le reprendre et observer une éventuelle réaction.

  • Dosage sanguin des immunoglobulines (donne des indications sur une réaction allergique donnée)

Traitements :

Le seul moyen d’éviter totalement une réaction allergique alimentaire et de s’abstenir de prendre cet aliment.

Pour les réactions légères : prendre des anti-histaminiques. Ces médicaments s’opposent à l’action de l’histamine qui est la substance libérée par les anti-corps responsables des symptômes de l’allergie.

Pour les réactions sévères : appeler un service médical d’urgence

Certaines personnes qui ont déjà eu des réactions allergiques sévères disposent de seringues prêtes à l’emploi contenant un dérivé de l’adrénaline (Epipen) qui est un des plus puissants anti-allergiques. Elles peuvent ainsi s’injecter elles-mêmes le produit dès le début des symptômes et éviter qu’ils ne se transforment en réaction anaphylactique. Cette manière de faire est également utilisée par les personnes allergiques au venin de guêpe ou d’abeille.

En milieu hospitalier il est possible d’administrer d’autres médicaments voire d’intuber le malade le temps que l’effet de l’allergie se dissipe.

Autres articles en rapports avec l'alimentation:

L'intoxication alimentaire

L'intolérance au gluten