Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Les polypes sont des excroissances qui se produisent à l’intérieur du colon ou du rectum.

peuvent mesurer de quelques millimètres à plusieurs centimètres. Ils apparaissent généralement vers le milieu de la vie, autant chez les hommes que chez les femmes. Ils sont plus fréquents chez les personnes obèses, les fumeurs, celles qui mangent des nourritures grasses ou/et avec peu de fibres. Il existe également des familles chez lesquelles la présence de polypes est fréquente.

Il existe plusieurs sortes de polypes dont certains peuvent dégénérer en cancer

Symptômes :

Les polypes sont souvent asymptomatiques. Parfois ils provoquent de petites hémorragies qui se manifestent par du sang sur les selles ou sur le papier de toilette. C’est là un symptôme courant aussi en cas de fissure anale ou d’hémorroïdes.

Si le polype est volumineux il peut obstruer partiellement l’intestin et provoquer une constipation ou une modification du calibre des selles. Parfois un polype entraîne des diarrhées. De manière générale, toutes modifications du transit qui durent plus de quelques jours nécessitent une consultation chez son médecin.

Types de polypes :

On décrit les polypes selon leur forme : pédiculé ou sessile.

On les décrit également selon leur structure : adénomateux ou villeux. Les polypes adénomateux dégénèrent très rarement en cancer alors que les polypes villeux le font assez souvent. Il convient naturellement d’enlever tous les polypes connus (par voie endoscopique la plupart du temps) mais les contrôles après découverte d’un polype villeux doivent être plus fréquents.

Il existe des familles dans lesquelles la plupart des membres ont des polypes. Ces polypes sont souvent très nombreux, apparaissent dès le jeune âge et dégénèrent presque toujours à la longue, vers un cancer. On parle alors de polypose familiale. Ces personnes doivent être très régulièrement contrôlées et dès que l’on découvre un polype en voie de dégénérescence cancéreuse, on propose une opération radicale, à savoir l’ablation de tout le colon.

Il faut savoir qu’un cancer du colon dérive la plupart du temps d’un polype qui dégénère. Cette transformation se fait très progressivement dans le temps. Tout d’abord les cellules à la surface du polype deviennent anormales, sans qu’il s’agisse encore d’un cancer. On parle de dysplasie (comme dans le cas des cancers du col de l’utérus). Puis, avec les années ces cellules deviennent franchement cancéreuses. Toutefois, à ce stade, si elles sont localisées au polype uniquement, la cancer est parfaitement et définitivement guérissable.

Diagnostic :

Le diagnostic se fait habituellement par la colonoscopie. Cet examen consiste à introduire dans l’anus, après un régime et une purge pour vider l’intestin, d’un tuyau souple muni d’un système optique. Le médecin voit sur un écran l’intérieur de l’intestin et par conséquent les polypes s’il y en a. Le tube (colonoscope) contient également un système mécanique qui permet soit d’enlever le polype, soit, sil est trop volumineux, d’en prélever un petit fragment (biopsie) pour l’analyser.

On pratique depuis quelques années des Tomographie (scanner) du colon. Cette méthode n’est pas invasive. Elle donne de bons résultats diagnostiques dans le sens que l’on peut assez facilement visualiser un polype de quelques millimètres. Toutefois on ne peut évidemment pas en déterminer la nature de sorte que dans ces cas une colonoscopie doit être pratiquée. En revanche si l’on ne voit pas de polype on peut en rester là. Cette technique est nouvelle. Elle doit encore faire ses preuves en termes de fiabilité diagnostique.

Détection de cellules cancéreuses ou pré-cancéreuses dans les selles par analyse de l’ADN. Cette méthode consiste a rechercher dans les selles des cellules dont l’ADN s’est modifié dans le sang d’une malignité. Il s’agit d’une technique encore récente et en voie de validation.

Tests génétiques : Ces tests sont utiles comme méthode de dépistage dans les familles qui présentent des polyposes familiales. Par ces tests on découvre grâce à des mutations génétiques, quels sont les membres de la famille qui risquent de développer des polypes.

Traitement :

Résection endoscopique :

La plupart des polypes peuvent être retirés dans le même temps que l’on pratique la colonoscopie diagnostique. Le polype est ensuite analysé et, sauf cas où l’on découvrirait des cellules malignes ou dysplasiques dans la tranche de section, on en reste là.

Chirurgie :

Lorsque le polype est trop volumineux pour être ôté par voie endoscopique, on procède à l’ablation chirurgicale. Il n’est pas toujours nécessaire d’ouvrir la paroi abdominale car là aussi on peut opérer par voie endoscopique à travers la paroi et enlever, s’il y a lieu le bout d’intestin porteur du polype.

 

avatar
on vient de m'enlever 3 polypes et l'année derniere 9 j'ai peur que cella degenere
VOTES:0
avatar
En trois mois on m'a enlevé 6 polypes et il m'en reste 2 plus gros qui nécésite la suppréssion d'une petite partie du colon j'avoue que ca fait peur pour l'avenir. Je me pose la question, après cette intervention le probléme sera t'il résolu pour tjrs, ou il y a encore de risques que ca revienne . Et quels sont les incovéniens après cette opération. Et par le fait que je doit être opéré ca veut dire que j'ai un cancer????.


VOTES:-1
avatar
Réponse de Doctorette : 1) du moment qu'il vous reste une partie du colon il y a toujours possibilité que des polypes se développent sur la partie résiduelle du colon. 2) Les inconvénients sont le risque de selles plus fréquentes et liquides, cela dépend de la longueur du colon qu'on va vous ôter. 3) Si on vous a parlé de polype, il ne s'agit pas d'un cancer. Avec mes meilleurs voeux pour l'avenir.
VOTES:0
avatar
Merci Doctorette pour toutes ces infos. Mais si on me retire que 10cm ou 15 cm de colon le risque de selles que vs citez est le même ??
VOTES:0
avatar
Anonyme écrire:
Merci Doctorette pour toutes ces infos. Mais si on me retire que 10cm ou 15 cm de colon le risque de selles que vs citez est le même ??
Si on vous retire que 10 ou 15 cm en principe il n'y a pas de risques.
VOTES:1
avatar
(Doctorette) encore une précision : en général les médecins enlèvent davantage. Renseignez-vous auprès de votre médecin. Bon courage !
VOTES:0
avatar
Y-a-t-il un examen fiable autre que la coloscopie ?

VOTES:0
avatar
Struyven écrire:
Y-a-t-il un examen fiable autre que la coloscopie ?
Oui avec un IRM mais la coloscopie est l'examen de référence car il permet de prélever un fragment de polype ou de l'enlever en totalité si il est petit et de l'analyser.C'est ainsi qu'on fait la différence entre un polype et un cancer.
VOTES:1
avatar
Bjr j'ai un souci comme une envie d aller au toilette et un douleure très forte ...on ma mi sous lyrica je suis à 100 le matin et le soir et tjr cette sensation cela peux être quoi? Merci
VOTES:0
avatar
Bonjour,
Sa fait 4mois et demi que j'ai réalisé une coloscopie suite a une diarrhée qui persiste un mois, alors lors de la coloscopie mon medecin a enlevé 2 polypes "adenome tubullo-villeux avec dysplasie de haut grade" alors, mon medecin m'a orienté vers un chirurgien pour enlèvement de la partie où les polypes sont resoqué, j'étais dans l'obligation de revoir un autre gastro alors elle m'a dit que l'intervention chirurgicale n'est pas obligatoire, sachant qu'elle ma fait une rectoscopie, et le resultat pas de trace de resection du polypes et le rectum ainsi que le colon gauche est saint,j'ai maintenant du sang rouge avec les selles avec des douleurs supportables a la partie gauche et a l'anus surtout quand je voix du sang . Je pose la question: est ce que c'est normal d'avoir du sang avec les selles?qu'est ce que je doit faire??
Merci
VOTES:1