Se faire tatouer, des risques ?

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Tatouage FotosearchLe tatouage n’est pas qu’une histoire de mode

Il se réalise depuis des centaines d’années comme décoration ou marquages de certains groupes sociaux. C’était une pratique usuelle chez les aborigènes d’Australie et à notre époque c’est devenu une manière de s’exprimer et de s’affirmer.

Se faire tatouer ne pose aucun problème chez la plupart des personnes mais n’est pas sans risques pour d’autres :

Ceux qui ont un HIV ou ceux courant un risque d’infection, par exemple les porteurs d’une valve cardiaque ou les personnes sous traitement immunosuppresseur ne doivent pas se faire tatouer car les complications infectieuses peuvent être très sérieuses. Les personnes ayant tendance à faire de vilaines cicatrices ne devraient pas non plus se faire tatouer, car le traumatisme des aiguilles de tatouage peut favoriser les chéloïdes.
Les pigments utilisés pour les tatouages sont généralement bien tolérés mais les rouges produisent très souvent des réactions allergiques pouvant être fort gênantes. (voir exemple contour des lèvres marquées en rouge qui a causé une granulomateuse) De tels tatouages doivent se faire enlever par la suite.
lvres-apres-tatouage
Le tatouage est déconseillé aux personnes qui font facilement des allergies ou des réactions de sensibilisation aux métaux, dont le nickel (allergie au nickel)

Vous en avez assez de votre tatouage ?

Peu importe la raison, vous n’avez qu’un désir : vous faire détatouer ! Eh bien, vous n’êtes pas seul dans ce cas, puisque selon les sondages il paraîtrait que 50 % des personnes souhaiteraient se débarrasser de leur tatouage.

Examinons votre tatouage sous la loupe :

 
Les tatouages faits avec des aiguilles professionnelles montrent que les colorants se trouvent surtout dans le derme superficiel. Les tatouages d’amateurs par contre sont très différents les uns des autres à cet égard. Les colorants peuvent aussi se voir dans le derme superficiel mais aussi dans les couches plus profondes et parfois même dans le tissu adipeux (couche graisseuse) sous-cutanées. Ces tatouages peuvent être très rapidement traités par laser, car le pigment n’a pas été injecté en trop grandes quantités ni régulièrement dans la peau.
Les tatouages les plus problématiques sont les multicolores, car il n’y a pas de couleur dominante. Il n’est pas possible de les faire disparaître avec un seul laser émettant une seule longueur d’onde. Les parties vertes sont souvent encore bien visibles même après de nombres séances.
 
Les couleurs utilisées par la plupart des tatoueurs professionnels contiennent des ions métalliques. L’encre rouge contient souvent du mercure, du cadmium ou du fer ; la noire souvent du carbone ou de l’oxyde de fer. La bleue contient souvent du cobalt, la verte du chrome et la blanche du titane. En fonction de leur taille et de leur composition, de leur absorption et de leur réflexion, faire disparaître tous ces piments demande l’utilisation de laser avec des longueurs d’ondes différentes.