Calvitie à 20 ans, risques de cancer plus tard

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Les androgènes (hormones mâles) jouent un rôle dans l'alopécie

La question se posait donc de savoir si les jeunes hommes chauves auraient plus tard plus de risques de développer un cancer de la prostate.

Une étude sur les stades de calvitie à 20,30 et 40 ans, a démontré que perdre ses cheveux à 20 ans doublait le risque de développer ultérieurement un cancer de la prostate. En revanche lorsque la calvitie se développe à 30, 40 ans et plus, il n'y avait pas de différences.

En plus d'un dépistage plus ciblé, il serait intéressant de voir si éventuellement le traitement prescrit en cas d'alopécie, tel que le finastéride (pour cheveux), offrirait une protection contre un futur cancer de la prostate.

L'étude conclut également que les hommes qui perdent leurs cheveux très jeunes représentent une population très particulière et que les facteurs génétiques restent encore à découvrir.