Troubles du rythme cardiaque

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Les arythmies, appelées communément les palpitations cardiaques

Il y a de multiples formes d’arythmies. Elles se manifestent toujours par les mêmes symptômes :

palpitations, angoisse, fatigue, essoufflements ; un sentiment de gêne dans le thorax apparait parfois, surtout lors de fibrillations auriculaires. La sensibilité individuelle et le seuil de perception varient d’un jour à l’autre. Les arythmies peuvent ne pas être ressenties ou au contraire s’avérer gênantes et même entraîner la perte de connaissance, (une syncope) ou la mort s'il s'agit de certains troubles du rythme au niveau des ventricules (fibrilations ventriculaires)

On les divise en 2 groupes 

  • Les troubles de la conduction électrique dans le coeur
  • Les troubles de la fréquence cardiaque

Troubles de la conduction électrique

Ils sont dus à des maladies des circuits électriques dans le coeur peuvent provoquer soit un ralentissement du coeur (bradycardie) soit une accélération du coeur (tachycardie)

Si le cœur bat lentement on parle de bradycardie. Plus la fréquence est basse, plus le débit sanguin va chuter. En dessous d’un certain seuil, il n’y aura plus suffisamment de sang qui parvient au cerveau et la personne va perdre connaissance. Ce phénomène se produit chez des personnes souffrant de maladies cardiaques sous-jacentes. Le traitement consiste à installer un stimulateur cardiaque (pacemaker). Il s’agit d’un appareil qui délivre des impulsions électriques obligeant les cellules cardiaques à se contracter selon une fréquence donnée.

Si le cœur bat trop vite il s’agit de tachycardie. Il y a des tachycardies normales, celles dont le but est de fournir plus de sang au corps, comme lors d’efforts.

Il y a des tachycardies anormales qui surviennent au repos. On parle alors de tachycardies paroxystiques. Elles sont symptomatiques. Elles provoquent un sentiment de malaise et d’essoufflement. Parfois elles passent spontanément parfois on doit administrer des médicaments ou un choc électrique. Elles ne sont pas dangereuses à moins qu’elles se produisent chez un sujet âgé, dont le cœur est déjà malade.

Dans certains cas on parvient à supprimer le faisceau de conduction électrique malade ou anormal en appliquant l'extrémité d'une sonde avec laquelle on va le détruire par la chaleur. Cette technique se nomme la thermo-ablation.

Troubles du rythme cardiaque

Les troubles du rythme cardiaque provoquent les arythmies. On appelle arythmie toutes les variations du cycle des contractions cardiaques nornales tel que décrit dans le chapitre arythmies cardiaques.

L’arythmie survient lorsque l’excitation électrique naît ailleurs que dans le nœud sinusal. Dans ce cas l’onde électrique ne suit plus les voies normales de la propagation (oreillette-nœud atrio-ventriculaire-faisceau de His-ventricules). Les contractions cardiaques ne se produisent plus de manière régulière.

Il existe toute une série d’arythmies 

Les extrasystoles qui sont des contractions survenant entre les contractions normales, sont parfois asymptomatiques, parfois ressenties comme des palpitations. Elles sont fréquentes et sans danger.

Les fibrillations auriculaires proviennent d’une contraction non synchronisée des cellules des oreillettes. Il en résulte un rythme cardiaque totalement irrégulier. Les ventricules continuent de se contracter irrégulièrement mais suffisamment vite pour assurer un débit sanguin. Ce type d’arythmie diminue l’efficacité de la pompe cardiaque mais cela n’est ressenti qu’à l’effort où le cœur n’arrive plus à fournir un débit sanguin suffisant.

Les fibrillations ventriculaires sont en revanche gravissimes. Elles se produisent en général sur un cœur malade. Cette fois ce sont les cellules des ventricules qui ne se contractent plus de manière synchronisée. Le débit sanguin tombe en dessous du seuil nécessaire à la vie. Le patient perd connaissance et meurt rapidement à moins qu’on parvienne à lui administrer un choc électrique au moyen d’un défibrillateur. Cet appareil délivre une quantité d’électricité nettement supérieure à celle produite par les cellules cardiaques. Ces dernières sont en quelque sorte toutes remises à plat, ce qui va leur permettre de redémarrer de manière synchronisée. Les fibrilations ventriculaires se produisent souvent lors d'infarctus.