Rétrécissement ou sténose de la valve aortique

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Dans le langage médical, le rétrécissement de la valve s’appelle une sténose aortique.

La valve ne s’ouvre pas complètement. Le cœur doit travailler plus pour expulser le sang dans l’aorte. (voir : fonctionnement du coeur)

Causes de la sténose aortique :

Malformation congénitale :

Il s’agit le plus souvent d’une valve qui comporte 2 feuillets ( bicuspidie) au lieu de trois. Très souvent cette anomalie ne provoque pas de symptômes pendant l’enfance. En revanche à l’âge adulte elle peut devenir symptomatique car l’ouverture trop étroite ne permettra plus d'assurer un débit cardiaque suffisant.

Calcification de l’anneau autour de la valve :

Avec l’âge on voit souvent se former des dépôts de calcium. Ce calcium se trouve normalement dans le sang. Avec les années il se dépose sur les feuillets de la valve, en particulier chez les personnes avec une valve bicuspide. Cela tend à rigidifier les valves et à empêcher leur ouverture complète, réalisant une sténose. Ces problèmes apparaissent en général après 65 ans et les symptômes en général après 70 ans.

Rhumatisme articulaire :

Il s’agit d’une complication d’une angine à streptocoques béta hémolytiques. Ces complications sont rares en Europe et aux USA. Elles touchent le cœur, les articulations, les reins et la peau.

Au niveau du cœur elles créent des sortes de cicatrices fibreuses sur les feuillets. Elles peuvent conduire à des sténoses, des insuffisances des valves mitrales ou aortiques ou l’association des deux. Elles favorisent également le développement d’endocardites.

Symptômes de la sténose aortique :

Les symptômes se manifestent lorsque la sténose est déjà sévère. La sténose peut s’aggraver pendant des années sans faire manifestations puis soudain devenir symptomatique.

  • Essoufflement (dyspnée) d’abord à l’effort puis même au repos
  • Fatigue
  • Douleurs thoraciques
  • Palpitations
  • Faiblesse ou perte de connaissance subite surtout à l’effort

Complications de la sténose aortique :

Le muscle cardiaque va avoir de plus en plus de peine à pomper suffisamment de sang dans l’aorte pour répondre aux besoins du corps. Comme tout muscle soumis à un effort, le muscle du ventricule gauche va d’abord d’épaissir. Puis le ventricule va se dilater et perdre de la force. Cette faiblesse va se répercuter sur le reste du cœur. Si on ne la traite pas la sténose conduit à l’insuffisance cardiaque avec œdème pulmonaire, à de graves troubles du rythme, à l’angine de poitrine et au final au décès.

Le risque d’endocardite est élevé raison pour laquelle il faudra prendre des antibiotiques de manière préventive lors de certaines actes médicaux.

Diagnostic

L’auscultation permet déjà de suspecter fortement une sténose aortique en raison de bruits particuliers que le sang provoque lors de son passage à travers un orifice resserré.

L’électrocardiogramme permet de déceler un agrandissement du cœur ou un épaississement des parois du ventricule gauche

L’échocardiogramme est l’examen de choix. Il permet de visualiser la valve, de la voir fonctionner, de mesurer la sténose et la taille du ventricule.

Traitement :

Il n’y a pas de médicaments qui peuvent corriger une sténose d’une valve. Seule la chirurgie, en permettant de retirer la valve défectueuse et en la remplaçant par une valve artificielle (prothétique), peut guérir une personne atteinte de sténose aortique. Il existe parfois la possibilité de réparer la valve par valvuloplastie.

Le moment où l’opération devient nécessaire est défini par le cardiologue sur la base de critères précis.

Il existe plusieurs procédures chirurgicales :

Valvuloplastie :

Il s’agit, au moyen d’un ballon que l’on met en place dans la valve puis que l’on gonfle, de dilater la valve resserrée. Cette méthode est surtout utilisée chez les enfants souffrant de bicuspidie, car chez les adultes, en général se reforme.

Remplacement de la valve :

Le chirurgien ouvre le cœur, découpe et retire la valve sténosée. Il met à sa place soit une valve mécanique soit une valve tissulaire.

Les valves mécaniques sont en métal. Elles durent longtemps. Elles comportent le risque de faire des caillots de sang de sorte qu’après la mise en place d’une telle valve il faut prendre à vie des anticoagulants.

Les valves tissulaires proviennent d’un porc, d’une vache ou d’un cadavre humain. Elles doivent souvent être changées. Avec ce type de valve, l’anti-coagulation n’a pas lieu d’être.

Une nouvelle technique, encore à l’étude, consiste à remplacer la valve, n’ont pas en ouvrant le cœur, mais par l’intermédiaire d’une procédure par cathéter.

Valvuloplastie à coeur ouvert :

Dans de rares cas, en particulier chez les enfants, on peut réparer la valve en l’opérant à cœur ouvert.

Maladies cardiaques