Infarctus du myocarde causes et traitements

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

L’infarctus du myocarde résulte du manque total et durable de sang dans une partie du muscle cardiaque

Cette portion de muscle non vascularisée va mourir. Parfois cela provoque des complications plus ou moins graves.

Causes de l'infarctus du myocarde

Chez les personnes présentant un excès de cholestérol, celui-ci, surtout en présence d’hypertension artérielle ou d’un tabagisme, a tendance à se déposer sous la couche des cellules qui tapissent l’intérieur des coronaires et à provoquer un rétrécissement (sténose) de la coronaire.

A un moment donné il va soulever ces cellules comme les tuiles d’un toit. Dès lors deux événements peuvent se produire :

  • soit une ou plusieurs « tuiles » peuvent se détacher et être emportées par le courant sanguin pour aller se bloquer et obstruer totalement une coronaire.
  • soit le cholestérol ainsi mis à nu (les cellules étant soulevées) va entrer en contact avec le sang et provoquer la formation d’un caillot qui lui aussi va obstruer la coronaire.

Infarctus1

Dans ces deux situations il se produit un infarctus.

Symptômes de l'infarctus du myocarde

Bien que certain infarctus soient « silencieux », c’est-à-dire asymptomatiques, la plupart du temps l’on trouve les symptômes suivants :

  • Douleurs très forte, comme un serrement, au milieu du thorax
  • Durée plus de 15 minutes
  • Irradiant dans la gorge et les bras, surtout gauche et parfois dans le haut du dos
  • Sudation
  • Essoufflement
  • Nausées et vomissements

Infarctus3

Bien qu’on puisse faire un infarctus sans avoir jamais eu d’angine de poitrine, la plupart des patients ont eu ces signes d’alerte auparavant. Ils connaissent donc les symptômes. La seule différence est que dans le cas de l’infarctus les douleurs durent plus longtemps.

Si l’on suspecte un infarctus il faut rester tranquille et appeler immédiatement un médecin

Examens de l'infarctus du myocarde

Electrocardiogramme : c’est le premier examen réalisé à l’entrée à l’hôpital. En général cet examen est positif s’il est fait pendant que l’infarctus est en train de se faire.

Analyse de sang : il existe des enzymes typiques qui sont contenues dans le muscle cardiaque et qui sont libérées dans le sang lorsque les cellules cardiaques ne sont plus oxygénées. On peut les retrouver. Elles sont un bon signe pour poser le diagnostic d’infarctus aigu.

Coronarographie : on l’a fait dans le but non seulement de poser le diagnostic mais aussi de traiter l’occlusion de la coronaire qui a causé l’infarctus.

Complications de l'infarctus du myocarde

Elles se produisent souvent pendant la constitution de l’infarctus ou durant les premières heures qui le suivent.

Troubles du rythme : Les cellules endommagées par le manque d’oxygène ne vont plus conduire correctement le courant électrique qui fait se contracter le muscle cardiaque. Toute une série de trouble du rythme peuvent se produire : certains bénins mais certains gravissimes, pouvant entraîner le décès, comme la fibrillation ventriculaire. Les personnes qui meurent subitement sont souvent victime de ca type de trouble du rythme dans les premières minutes de l’infarctus.

Insuffisance cardiaque : les cellules musculaires du cœur qui auront été endommagées par le manque d’oxygène vont mourrir et se fibroser. La paroi du coeur à l'endroit de l'infarctus va s'affaiblir et le ventricule va se dilater. Le muscle perdra de sa force. Ainsi en cas d’infarctus étendu, le cœur ne parviendra plus à pomper correctement le sang dans la circulation. En fonction de l’importance de cette défaillance de la pompe, on pourra avoir des symptômes plus ou moins graves, tel un essoufflement, de la fatigue, des œdèmes des chevilles. Parfois le patient récupère plus ou moins complètement soit spontanément soit grâce aux médicaments. D’autres fois la défaillance cardiaque est si massive (choc cardiogénique) que le patient décède.

Infactus4

Problèmes valvulaires : les muscles qui activent l’ouverture et la fermeture des valves cardiaques peuvent aussi être endommagés. Dans ce cas de graves troubles du fonctionnement cardiaque vont s’en suivre, pouvant aller jusqu’au décès.

Rupture du cœur : dans de rares cas, la zone du muscle endommagée va tellement s’affaiblir et le muscle s’amincir, au point de se rompre. Le décès est en général la règle dans ce cas.

Traitement de l'infarctus du myocarde

Aspirine : ce médicament est en général administré dès l’arrivée à l’hôpital. L’aspirine peut diminuer le caillot formé dans la coronaire et aider à maintenir le passage du sang.

Thrombolyse : ce traitement consiste a injecter des médicaments qui dissolvent le caillots. Plus on peut les mettre en oeuvre rapidement et plus on a de chance que cela fonctionne et que les séquelles de l’infarctus seront légères ou même absentes.

Anticoagulants : comme l’héparine qui diminuent la coagulation du sang et empêchent le caillot de s’étendre ou de nouveau de se former.

Antalgiques : si la douleur est très forte et qu’elle persiste, la morphine est volontiers prescrite car la douleur et l’anxiété augmentent la fréquence cardiaque et par là les besoins en oxygène du cœur alors qu’il est déjà mal oxygéné.

Vasodilatateurs : comme la nitroglycérine qui en dilatant les artères permet une meilleure oxygénation du muscle cardiaque

Bétabloquants : ces médicaments ralentissent la fréquence cardiaque et la pression artérielle et par ce fait diminue le travail du cœur et la consommation d’oxygène du cœur.

Anti-cholestérolémiants : ces substances diminuent la fabrication de cholestérol par le corps ce qui abaisse la quantité de cholestérol circulant dans le sang et la formation de plaques dans les artères. Prescrits dans les suites immédiates d’un infarctus il diminuent également les complications.

Les autres traitements tels l’angioplastie et les pontages coronariens, se font souvent dans un deuxième temps bien que dans certains cas on les effectue dans les suites immédiates de l’infarctus.

Facteurs de risque de l'infarctus du myocarde 

Plus une personne a de facteurs de risque et plus ces risques sont augmentés :

Prévention de l'infarctus du myocarde

On peut diminuer un certain nombre des facteurs de risques mentionnés ci-dessus en modifiant les habitudes de vie.

Mais cela ne suffit pas pour diminuer tous les facteurs de risques. Ainsi on va prescrire :

  • Hypotenseurs pour diminuer la pression
  • Bétabloqueurs pour diminuer le travail du cœur comme expliqué ci-dessus
  • Inhibiteurs de l’angiotensine : ces médicaments facilitent le travail du cœur
  • Hypocholestérolémiants : en particulier les statines qui bloquent en partie la fabrication du cholestérol par le foie. Ces médicaments ont souvent des effets secondaires sous forme de douleurs musculaires ou des lésions au foie.

Mesures complémentaires de l'infarctus du myocarde

Acides gras oméga 3 : ce sont des acides gras qui ont prouvé un effet préventif sur les maladies cardiaques ischémiques. Ces acides se trouvent dans les poissons des mers froides. On voit cet effet à partir de la consommation de poissons gras 2 fois par semaine. Les acides gras oméga 3 existent aussi sous forme de gelules. (le Krill contient des omega3)

Vin rouge : le vin rouge but modérément (un verre ou deux par jour) a également un effet bénéfique dans la prévention des cardiopathies ischémiques.

Les maladies cardiaques