Infarctus du myocarde chez la femme

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

L'infarctus du myocarde serait-il  plus fréquent chez l'homme que chez la femme ?  

Avant la ménopause, les femmes semblent protégées par leur système hormonal, des maladies coronariennes telles l'angine de poitrine et l'infarctus. Toutefois depuis quelques dizaines d'années, le tabagisme en forte augmentation chez les femmes compense négativement cet avantage et entraîne une nette élévation du nombre de ces maladies.

Après la ménopause, la baisse du taux d'oestrogène ne joue plus son rôle protecteur et induit des risques plus élevés de maladies coronariennes chez la femme que chez l'homme.

Différences des symptômes des maladies coronariennes entre hommes et femmes.

Les symptômes de maladies coronariennes sont bien connus : douleurs constrictives thoraciques, souvent irradiant vers le cou et le bras droit, nausées et sudations. Toutefois chez les femmes, en particulier après la ménopause, ces symptômes ne sont plus aussi clairs. Souvent la douleur est plus légères voire même absente. Ils surviennent fréquemment au repos et parfois durant le sommeil. Ainsi ils sont négligés et les femmes ne s'en inquiètent qu'une fois que l'infarctus s'est produit.

On pense que cela est dû au fait que chez les femmes, les obstructions artérielles ne se produisent pas sur les grosses artères coronaires mais sur les petits vaisseaux du cœur.

Facteurs de risques de maladies cardiovasculaires chez les femmes

Les facteurs de risques sont les mêmes que chez les hommes, à savoir : hypertension artérielle, taux de cholestérol élevé, obésité, tabagisme et manque d'activité physique. Toutefois il semble que chez les femmes ces facteurs de risques agissent de manière plus marquées. A cela s'ajoute, comme déjà mentionné, un risque supplémentaire après la ménopause dû à la baisse du taux d'oestrogène.

Les traitements des maladies cardiovasculaires sont-ils différents chez les hommes et les femmes 

Les traitements classiques des maladies cardiovasculaires utilisent les mêmes  médicaments, dans un premier temps, puis l'angioplastie (dilatation mécanique des artères coronaires obstruées par des dépôts de cholestérol) avec pose d'un stent (petit tuyau que l'on insère dans l'artère une fois désobstruée pour la maintenir ouverte). Toutefois la dilatation artérielle, très efficace, n'est pas toujours possible chez les femmes du fait que les artères lésées sont chez elles de petit calibre. On peut par conséquent pas introduire le dispositif dilatateur. Cela constitue un net désavantage par rapport au traitement appliqué chez les hommes et induit un pronostic vital plus défavorable.

Chez les femmes atteintes d'une maladie coronarienne des petites artères on recommande par conséquent de modifier drastiquement le style de vie pour éliminer les facteurs de risque. De plus les médecins prescriront également des traitements médicaments plus importants dans ces cas où la dilatation artérielle est impossible.